MARTEL Paul, Auguste

Numéro matricule du recrutement : 1462
Classe de mobilisation : 1888

ETAT CIVIL
Né le 17 mai 1871, à Noisy le Roi, canton de Marly le Roi, département de Seine et Oise, résidant à Noisy le Roi, canton de Marly le Roi, département de Saine et Oise, profession d’employé de bureau, fils de Charles et de Yist Henriette, domiciliés à Noisy le Roi, canton de Marly, département de Seine et Oise.
N°61 de tirage dans le canton de Marly-le-Roi.

DECISION DU CONSEIL ET REVISION ET MOTIFS
Engagé volontaire.
Compris dans la 4e partie de la liste du recrutement cantonal.

SIGNALEMENT
Cheveux et sourcils et yeux noirs, front ordinaire, nez et bouche moyens, menton rond, visage ovale.
Taille : 1 m. 71.
Degré d’instruction générale : 3, militaire : exercé.

LOCALITES SUCCESSIVES HABITEES
15 septembre 1904, Versailles, 13 rue Sainte Adelaïde, résidence.

DETAIL DES SERVICES ET MUTATIONS DIVERSES
Engagé volontaire pour 3 ans le 9 octobre 1889 à Sèvres pour le 5e régiment d’Infanterie ; arrivé au corps le 10 octobre 1889 n° ministériel 1157. Caporal fourrier le 10 septembre 1890. Sergent-fourrier le 15 mars 1891 pour cinq ans dans les conditions de la loi du 18 mars 1889 à compter du 9 octobre 1892. Sergent-major le 26 septembre 1893. Passé au 2e régiment étranger le 13 avril 1896 (décision ministérielle du dit jour). Arrivé au corps et sergent major le 27 avril 1896. Rengagé pour cinq ans le 4 novembre 1896 à compter du 9 octobre 1897. Adjudant le 3 février 1899. Rengagé pour deux ans à la sous intendance de saïda le 20 janvier 1902 à compter du 9 octobre 1902. Passé au 1e Régiment Etranger le 21 février 1902 (décision du général Ct le 19° C.A. en date du 10 février). Arrivé au corps et adjudant le 27 février 1902. Passé dans l’armée territoriale le 9 octobre 1904. Certificat de bonne conduite accordé. Affecté au 17e régiment territorial d’infanterie à Bernay.

CAMPAGNES : En Algérie du 24 avril 1896 au 24 mai 1898.
A Madagascar du 25 mai 1898 au 23 juillet 1901. En Algérie du 24 juillet 1901 au 16 juillet 1902.
Régions sahariennes du 17 juillet au 16 août 1902 – En Algérie du 17 août au 23 octobre 1902
Régions sahariennes du 24 au 27 octobre 1902 – En Algérie du 28 octobre au 15 janvier 1903
En régions sahariennes (du 16 au 21 janvier 1903, du 24 au 29 janvier 1903, du 5 au 7 février 1903, du 18 au 25 février 1903, du 21 au 23 mars 1903, du 26 avril au 3 mai 1903).
En Algérie (du 22 au 23 janvier 1903, du 30 janvier au 4 février 1903, du 8 au 17 février 1903, du 26 février au 20 mars 1903, du 24 mars au 25 avril 1903, du 3 mai 1903 au 28 juillet 1903).

BLESSURES
Le 31 mai 1903 vers 4 1/2 du matin, au combat du col de Zenoga (Féguig) pendant le combat de retraite de la Cie, a été atteint d’une balle tirée par un marocain, balle qui l’a touché à la partie supérieure de la jambe droite (pension du 19e corps d’armée du 24 septembre 1903). Coup de feu à la jambe droite ayant produit une plaie pénétrante de la partie supérieure avec ébrèchement probable du plateau tibial du côté internet trou d’entrée circulaire de 1cm de diamètre à 12cm au-dessous du pli du jarret. Trou de sortie de 5cm sur 3cm à forme allongée dans le sens transversal à bords mâchés sur la face interne de la jambe droite à 5cm en dedans de la rotule à Zénaga-Féguig.

DECORATIONS : A reçu la médaille coloniale, agrafe Madagascar et Algérie. Nommé chevalier de l’Ordre de l’Etoile d’Aujouan le 30 mars 1903, médaille militaire par décret du 29 décembre 1904.

CITATIONS : Cité à l’ordre du 19e corps d’armée, comme s’étant distingué et ayant été blessé gravement, le 31 mai 1903, près de Zenoga lors de l’attaque par les contingents marocains des Ksours de Figuig de l’escorte de M. le gouverneur général de l’Algérie. Chevalier de Micham el Anouar. Chevalier de l’ordre de Micham Ifseckar. Croix de guerre avec palme. Promu chevalier de la Légion d’honneur pour prendre rand du 14 mai 1916 (Journal Officiel du 18 juin).
Affecté au 17e Régiment Territorial d’Infanterie à Bernay. Adjudant.
Admis à la pension de retraite à titre de blessures ou infirmités par décret du 24 Décembre 1904.
En âge volontaire pour la durée de la guerre le 26 mai 1915 à la mairie de Versailles article 52 de la loi du 21 mars 1905 au titre du 89e Régiment d’Infanterie. Arrivé au corps le 28 mai 1915. Blessé le 25 avril 1916 au bois Franco-allemand à Pontavert (Aisne). Plaies par grenade au bras gauche et à la main droite. Cité à l’ordre du Régiment N°80. « Vieux et brave sous-officier qui bien que réformé pour blessure de guerre s’est engagé pour la durée de la guerre. Le 20 septembre 1915 a su maintenir ses hommes sous un feu violent de grenades. A montré le plus grand dévouement pour la reprise des corps d’un officier et d’un sous-officier tombés en avant de nos lignes ». Retraité comme sous-officier après 15 ans de service et réformé pour blessure de guerre, n’a pas hésité à s’engager au début de la campagne. N’a cessé depuis son arrivée sur le front de faire preuve des plus belles qualités de courage d’énergie et de sang-froid. Déjà cité à l’ordre s’est distingué à nouveau au cours de l’attaque du 25 avril 1916. Apercevant à la lisière d’un bois un groupe d’Allemands mettant une mitrailleuse en batterie, s’est résolument élancé pour s’en emparer suivi seulement de quelques hommes est tombé grièvement blessé. Engagé volontaire pour la durée de la guerre le 25 mai 1915 à la mairie de Versailles (article 52 de la loi du 21 mars 1915. Arrivé au dépôt du 89e Régiment d’Infanterie le 28 mai 1915. Passé au 46e Régiment d’Infanterie le 4 septembre 1915. Passé au 289e Régiment d’Infanterie le 29 septembre 1915. Parti aux armées le 29 septembre 1915. Blessé à Pontavert le 25 avril 1916 (plaies par grenades main droite et bras gauche). Envoyé sur ambulance 237 E. N. E. le 26 avril 1916. Décédé le 18 mai 1916 à l’ambulance 237 à Sapicourt des suites de blessures de guerre (avis ministériel F. R. 5594 du 7 juin 1916. « Mort pour la France »

Campagne contre l’Allemagne du 28 mai 1915 au 18 mai 1916.

Source : archives départementales des Yvelines, cote : 1R/RM 216​

press to zoom
1/1